mardi 11 juin 2013

Comment j'ai mangé un chameau

C'était en avril dernier, et pour dire le vrai, je ne m'en suis pas encore remis.

C'était à Fès, grande et magnifique ville du Maroc, superbe pays où nous sommes allés quêter les quelques rayons de soleil faisant défaut à l'Europe.

C'était dans la Médina, par une chaude journée de printemps, au café Clock, fréquenté par des touristes et présentant néanmoins des produits de qualité.


Au menu du jour, divers smoothies, milkshakes, salades fraîches et sandwichs... Quand soudain apparut sous nos yeux THE plat du jour : un hamburger de chameau.


Sitôt lu, sitôt commandé, l'animal nous fut servi plusieurs dizaines de minutes plus tard, dans un suspens intolérable, sans sa bosse mais avec son petit pain rond.

Que dire ? La viande était rouge voire rougeaude, je lui trouvai un goût étrange. Pas fana pour un sou(k), j'en laissai la moitié dans l'assiette.

Plusieurs semaines plus tard, j'ai compris que tout était dans ma tête. J'avais bloqué après avoir vu une photo de la bête surplombant une boucherie sur le chemin du restaurant.


Moi qui ai dévoré du bison sans barguigner, englouti de l'alligator avec gourmandise, avalé bêtes à plumes ou à poils, croqué du requin et de l'autruche, j'ai failli sur le chameau.

Sans doute parce que j'avais fumé des Camel dans ma prime jeunesse. Grand sentimental, va !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire